Mot de passe oublié ?

Actualités


L'Aquaforce pour fournir de l'eau potable en situation d'urgence

Elle est le plus souvent installée à l'autre bout du monde après un sinistre mais ce jour-là, elle est venue à la rencontre du personnel d'Eau du Grand Lyon. L'Aquaforce 2 000, c'est son nom de code, est une unité mobile de traitement d'eau utilisée en situation d'urgence par des volontaires. Elle voulait se faire connaître au plus grand nombre.
Adaptée à la production d'eau délocalisée sur des terrains difficiles d'accès, pour la distribution directe aux populations sinistrées ou en appui aux structures hospitalières, cette unité mobile de traitement de l'eau s'installe en deux heures. Elle permet d'approvisionner 2 000 personnes. C'est certainement d'où elle tient son nom. Elle est devenue l'alliée des personnels déployés en urgence lors d'intervention humanitaire.
Tout au long de la matinée, la démonstration est bluffante : l'eau, contenue dans un grand bassin et qui a été volontairement souillée, est pompée directement. Elle traverse d'abord un tube d'ultrafiltration pour être acheminée ensuite vers un second tube de filtration par charbon. Pour terminer le traitement l'eau est désinfecté grâce à du chlore. Instantanément, une eau claire et surtout potable est distribuée aux visiteurs du jour, stupéfaits de la rapidité de l'opération. « L'ultrafiltration par membrane permet d'éliminer la totalité des matières en suspension, ainsi que la majorité des micro-organismes pathogènes qui peuvent être présent dans l'eau ». précise David Poinard ingénieur à Eau du Grand Lyon et qui est à l'initiative de «cette rencontre». « Grâce à l'optimisation de son poids, son ergonomie, sa robustesse, son conditionnement et sa facilité d'utilisation, l'Aquaforce 2000 est facilement transportable en avion ou pick-up » ajoute-t-il. David vit la solidarité comme un trait d'union entre son métier et son engagement humanitaire. « Quand on sait qu'on peut aider une population confrontée à une catastrophe naturelle, on n'hésite pas une seconde à partir » conclut l'ingénieur.

25 Septembre 2019 Publié dans Newsletter